×

Chris Marker

Projet au long cours, Le Fond de l’air est rouge est décrit par Chris Marker comme « un film de montage concernant les sept dernières années, et particulièrement sous l’angle des modulations et métamorphoses du thème révolutionnaire dans le monde actuel». Le terme « actuel » est à prendre ici littéralement puisque le film fait l’objet de nombreuses versions, de sa sortie en 1978 jusqu’à son édition DVD en 2008. L’existence des versions successives de Le Fond de l’air est rouge est bien connue des exégètes de Chris Marker et il est peu de monographies et d’articles sur le cinéaste ou sur le film qui ne fassent mention, pour reprendre certains termes employés, du travail d’ « actualisation », d’ « adaptation », de « retouche », de « réagencement », de « reprise » ou de « révision » … Toutefois, en revenant sur l’analyse des différentes versions, il nous semble possible d’appréhender les positions politiques d’un auteur qui toujours revendiqua un recul certain et une certaine hauteur mais dont les évolutions sont forcément liées aux bouleversements historiques et aux changements idéologiques dont il était le contemporain.

Photogramme du "Dos au mur", de Jean-Pierre Thorn. Chris Marker au fond, à droite, caché par son appareil photo. 

Dans le cadre des 14èmes journées cinématographiques dionysiennes consacrées à l'Utopie, Périphérie participe à plusieurs rencontres. Un hommage collectif à Chris Marker sera rendu. Au menu : son rapport à l'utopie politique et au mouvement ouvrier.

Vendredi 14 février à 20h30
Cinéma l'Etoile
Allée du Progrès, La Courneuve