×

films accueillis

En politica

réalisation : Penda Houzangbe, Jean-Gabriel Tregoat
durée : 107'
Synopsis : 

Une petite équipe d'activistes se présente pour la première fois à des élections et entre au Parlement asturien. Plongés dans le monde politique auquel ils se sont toujours opposés, les nouveaux élus font l'apprentissage de ses rouages, pris entre leurs idéaux et la réalité pratique de l'institution. Comment changer les choses sans être changés par la politique ?

D'ici là

réalisation : Matthieu Dibelius
durée : 45'
Synopsis : 

Koffi conduit des personnes « en situation de handicap et à mobilité réduite ». Calme et silencieux, il part chaque jour sillonner Paris dans son véhicule.
 Attentats, état d’urgence, manifestations, campagne électorale violente : rien ne semble pouvoir interrompre le temps suspendu de son vaisseau qui le tient à distance de l'agitation d'une capitale dans la tourmente.

Hôtel Echo

réalisation : Eléonor Gilbert
durée : 54'
Synopsis : 

"Ne vois-tu rien venir ? - Non, je ne vois que le ciel qui rougeoie et le chemin qui poudroie." Depuis une tour de guet en Ardèche, deux amies cherchent les fumées, qui pointeront inexorablement. Mais ce guet est aussi l'histoire d'un guet intérieur. Que voit-on qu'on ne sait nommer ou déclarer ? Des souvenirs pointent, des situations de violence domestique sont évoquées ; ça serait simple si on pouvait les repérer comme on repère une fumée qui commence juste à brûler la forêt.

Le Bon grain et l'ivraie

réalisation : Manuela Frésil
durée : en cours
Synopsis : 

Sur les hauteurs d'une coquette petite ville de montage, "Le Centre" domine la beauté du lac. Cette ancienne colonie de vacances est - ou plutôt était - le seul lieu d'accueil d'urgence des familles en demande d'asile, nombreuses dans cette région frontalière avec la Suisse. Le film se construit sur un double récit. Celui du parcours des enfants, si semblables aux autres, aux nôtres, et celui des parents, silencieux et graves, qui ont quitté leur pays pour vivre dans notre Etat de droit.

Sankara n'est pas mort

réalisation : Lucie Viver
durée : en cours
Synopsis : 

Suite à l'insurrection populaire d'octobre 2014, dans un Burkina Faso en pleine transition démocratique, un jeune poète remet en cause son rêve d'une vie meilleure en Occident. Tout à la fois inquiet et exalté par les bouleversements en cours, il décide de partir à la rencontre de ses concitoyens le long de l'unique voie ferrée du pays. Une traversée du "Pays des Hommes Intègres" qui devient voyage initiatique.

Ici

réalisation : Cayetano Espinosa
durée : 25'
Synopsis : 

Après les tentatives de colonisation de l’Amazonie péruvienne par des missions américaines, trois femmes, faisant partie d’un peuple indigène appelé « Isconahua », sont forcées de quitter la forêt vierge pour toujours. Aujourd'hui, la plus âgée d'entre elles reconstitue, face aux deux autres, la mémoire de cet exil.

La force du poisson, c'est l'eau

réalisation : Frederik Arens Grandin
durée : en cours
Synopsis : 

Ali, libanais du Sénégal, quitte Paris, déterminé à réussir à Dakar, sa ville natale. Malgré la crise financière et un climat politique mouvementé, il monte Kiw Poissonnerie, une société artisanale qui arrive rapidement à émerger et à faire la concurrence aux grands fournisseurs du pays. L'investisseur Kacem, un cousin éloigné qui vit au Canada, devient partenaire, ce qui génère petit à petit de nouveaux rapports de force entre les membres de la poissonnerie.

La Cité politique

réalisation : Florence Gatineau-S Bex
durée : en cours
Synopsis : 

Il y a trois ans je suis allée en banlieue parisienne et j’ai rencontré Fatou, Nassim, Haïkel et Yassin. Ils ont trente ans, sont de gauche ou de droite, refusent d’être encartés et tentent depuis plusieurs années d’investir le champ politique. Je les ai suivis pendant leurs campagnes électorales locales entre 2014 et 2015. Aujourd’hui je retourne les voir. Des images d’avant au temps présent, je questionne avec eux leur engagement. Pourquoi se sont-ils engagés? Qu’est ce qui dans l’intimité déclenche ce désir ? Qu’en ont-il fait ?

L'Ile 88

réalisation : Chowra Makaremi
durée : en cours
Synopsis : 

Ma mère, une opposante à la République islamique d'Iran, est arrêtée en 1981 ; j'ai sept mois. Emprisonnée, torturée, elle disparaît durant l'exécution massive de milliers d'opposants au cours de l'été 1988. En découvrant progressivement ce passé, qui reste tabou en Iran, je me pose la question : comment l'absence des corps emprisonne-t-elle nos mémoires, là où le politique griffe au plus intime ? Là où seul l'intime reste en témoignage d'une politique ?

La Pluie l'été

réalisation : Grégoire Perrier
durée : en cours
Synopsis : 

C'est l'histoire d'une plante aquatique à trois têtes, se ramifiant sous une serre en plastique.
 Basile (du grec Basileus signifiant monarque), 5 ans, règne à plein temps sur le territoire des 57 cèdres, bordé par l’autoroute et la zone industrielle. Sa petite sœur Hortense (de Hortus, jardin en grec), 3 ans, lorsqu’elle n’est pas repliée dans ses citadelles, cul nu sur le gros radiateur en fonte ou cachée dans les framboisiers, se rend à l’école maternelle. Sous la serre, un jardin d’eau luxuriant bouillonne et craque.

Western, famille et communisme

réalisation : Laurent Krief
durée : 83'
Synopsis : 

Western, famille et communisme est un film tourné en Iran par un Français avec sa famille en camping-car. La mère est photographe. Le père rêve de western. Les filles, entre jeux d’enfants et jeux d’actrices, éprouvent les possibles d’un monde à inventer, tandis qu’au même moment en France, la nuit se lève.

Al-Ghoûl

réalisation : Julia Varga
durée : en cours
Synopsis : 

Naissance et mort de la parole politique dans le quartier copte des ramasseurs-recycleurs de poubelle du Caire.

Dans la terrible jungle

réalisation : Caroline Capelle, Ombline Ley
durée : 81'
Synopsis : 

Sur le grand domaine arboré de l'IME La Pépinière, dans le Nord-Pas-de-Calais, une dizaine d’adolescents, insoumis, francs et spontanés, se prêtent au jeu de la mise en scène et du cinéma. Terrain d’expérimentations musicales, poétiques, amoureuses et philosophiques, le centre prend alors un caractère d’exutoire, devenant lieu de confidences et également révélateur d'un tiraillement perpétuel entre deux mondes : l'extra-ordinaire et la quête de la normalité.

De cendres et de braises

réalisation : Manon Ott
durée : 73'
Synopsis : 

Portrait poétique et politique d’une banlieue ouvrière en mutation, De Cendres et de Braises nous invite à écouter les paroles des habitants des cités des Mureaux, près de l’usine Renault-Flins. Qu’elles soient douces, révoltées ou chantées, au pied des tours de la cité, à l’entrée de l’usine ou à côté d’un feu, celles-ci nous font traverser la nuit jusqu’à ce qu’un nouveau jour se lève sur d’autres lendemains possibles. Au bout du petit matin, "le feu qui couve révèle alors la puissance politique d'un film aussi sensible que subversif". (Festival Visions du réel 2018)