×

Films accueillis

Au pied de la lettre

réalisation : Marianne Bressy
durée : en cours
Synopsis : 

"A certains moments dans ma vie, je me suis senti tellement dépassé que j'étais presque comme à genoux devant les mots, tellement ils étaient obscurs, tellement ils devenaient sacrés aussi, tellement la peur de ne pas les connaître me tétanisait." Gérard me raconte une vie d'illettré, son combat pour exister. Avec lui nous découvrons un monde secret qui se construit dans la honte, là où les mots peuvent tuer, là ou les gens tombent "au pied de la lettre", et se relèvent...

Western, famille et communisme

réalisation : Laurent Krief
durée : en cours
Synopsis : 

Western, famille et communisme est un film tourné en Iran par un français avec sa famille en camping-car.

J'ai entendu respirer la poussière

réalisation : Caroline Capelle, Ombline Ley
durée : en cours
Synopsis : 

L'IME "La Pépinière", dans le nord de la France, est un campus autonome en marge du monde. Ici, différents quotidiens se croisent et s'enchevêtrent, traversés par les humeurs, les désirs, les postures et le langage spécifique des jeunes pensionnaires et du personnel encadrant. Par le dispositif du film se construisent de micro-espaces scéniques. Le centre prend alors un caractère d'exutoire, devenant lieu de confidences, d'histoires, et également révélateur d'un tiraillement perpétuel entre deux mondes : l'extra-ordinaire et la quête de la normalité.

Belle à jamais

réalisation : Laurette Lalande
durée : 25'
Synopsis : 

Ville : Yaoundé. Adresse : Etoudi, carrefour du Palais. C'est en arrivant dans cette maison où j'allais vivre pendant cinq semaines que j'ai décidé de filmer ses habitants : Dolvie, Daniella, Gaelle, Mirabelle, Raphaella, Ingrid, Sophie et Loic. Tous vivent chez Honorine, mais seule Gaelle est sa "vraie" fille. Pourtant, ici, tout le monde appelle Honorine "maman".

Appel d'air

réalisation : Manuela Frésil
durée : en cours
Synopsis : 

Sur les hauteurs d'une coquette petite ville de montage, "Le Centre" domine la beauté du lac. Cette ancienne colonie de vacances est - ou plutôt était - le seul lieu d'accueil d'urgence des familles en demande d'asile, nombreuses dans cette région frontalière avec la Suisse. Le film se construit sur un double récit. Celui du parcours des enfants, si semblables aux autres, aux nôtres, et celui des parents, silencieux et graves, qui ont quitté leur pays pour vivre dans notre Etat de droit.

L'Effroi

réalisation : Axel Salvatori-Sinz
durée : en cours
Synopsis : 

Un réalisateur revient sur son film précédent, tourné en Syrie, terminé aux prémisses de la révolution syrienne. Tandis qu'il vit le succès de son film, ses personnages, restés en Syrie, se font bombarder. Comment appréhender dans ce contexte la relation ami/personnage/réalisateur ? Comment raconter le Moyen-Orient qu'il connaît depuis bientôt dix ans face à un public occidental qui ne s'y intéresse que depuis les révolutions arabes ? Il en résulte un film personnel raconté sous forme de bribes où se dessine un portrait du monde arabe contemporain.

Sinto a tua falta

réalisation : Lucas Roxo
durée : 31'
Synopsis : 

En février 1971, Léonor quitte le Portugal pour s'installer en France. Sa fille ne la rejoindra qu'au bout de quatre mois. Quarante ans plus tard, nous retraçons le chemin de l'exil pour ausculter la distance créée par le passage de la frontière. En réécrivant les lettres jamais prononcées, en revenant sur les lieux de l'époque, un nouveau mouvement s'enclenche.

François

réalisation : Denia Chebli
durée : 30'
Synopsis : 

François a été relogé par une association qui prend en charge les Sans Domiciles Fixes à la Belle de Mai, un ancien quartier ouvrier de Marseille. Son petit appartement devient un théâtre en construction dans lequel il plante son décor et y étale ses souvenirs. Les objets, dont il a longtemps été privé, reprennent vie. Ils sont les points de départ de sa fiction. François n'a plus de chien, François n'a plus d'amoureuse, il a des souvenirs à raconter et des rêves avortés.

Mon noM

réalisation : Jean-Baptiste Desprez
durée : 43'
Synopsis : 

Je suis né en 1983 de la rencontre entre deux figurants sur le tournage d'un film à Tourcoing dans le nord de la France. Repérés séparément, on les fit jouer un couple invité à danser une java au mariage d'un syndicaliste en plein Front Populaire. L'instant d'après un homme criait « Arrêtez tout, c'est qu' du cinoche ». La camera fut alors le premier témoin de cette rencontre et à ma connaissance, il s'agit du seul instant filmé réunissant ma mère et Gilles.