×

ATELIER Cinéma "L'invraisemblable vérité"

ATELIER Cinéma "L'invraisemblable vérité"

Ecriture et réalisation d’un court-métrage de fiction « Sandy my lady »

intervenant cinéma : Antoine Vaton

établissement : Lycée Eugène Hénaff - Bagnolet

classe : 12 élèves volontaires ( Bac Professionnel et BEP)

enseignant : Professeur d’anglais

présentation

CARNET : "Atelier Artistique" : Lycée Eugène Henaff Bagnolet      

ATELIER ARTISTIQUE CINEMA

« L’INVRAISEMBLABLE VERITE »

Lycée Polyvalent Eugène Hénaff - Bagnolet

Professeur de Lettres-Anglais Valérie Bretel

Professeur de Lettres-Histoire Marie-Eve Eyrolles

Conduire les élèves à écrire, filmer, monter plusieurs court métrages de fiction selon le principe de raconter la même histoire en fonction de différents points de vue.

Journal de bord :

Quatre séances ont déjà eu lieu dans la salle 307 de cet établissement moderne, clair, de construction récente. Le groupe, en ce début d’année scolaire est plutôt fluctuant (au plus nous avons été 15 au moins 8). Les élèves viennent de différentes classes et sont de différents niveaux scolaires. Quelques-uns parmi eux sont des primo-arrivants. Nous nous retrouvons tous les mardis entre 12h30 à 14h00. Cet horaire contraint la professeure présente à accompagner les élèves à la cantine afin qu’ils puissent déjeuner au plus vite avant 12h30, cela conduit à quelques péripéties et retards…

La première séance a été consacrée à la présentation de l’atelier et la projection d’un de mes films de fiction. Il faut provoquer les réactions et poser de nombreuses questions face à ces élèves plutôt timides, mais le déroulement de la séance est satisfaisant. Pour ce qui est de ma seconde intervention, je comptais travailler avec un Dvd pédagogique sur la question de la prise de vue, du format et du cadre. J’ai finalement décidé de procéder différemment et d’utiliser un de mes reportages photo, réalisé à Mysore en Inde en 2010. J’ai ainsi pu parler de la prise de vues, de ses surprises, de la nécessité de ne pas être « trop timide » face à l’autre, comme le disait Henri Cartier-Bresson et de la concentration du regard. Le Noir et Blanc a surpris les élèves, mais cela m’a permis de parler plus facilement du format et de la construction d’une image d’un point de vue graphique.
 
 
Je demandais pour la prochaine fois aux participants de m’apporter trois photos qui reprennent les différentes valeurs de plan dont nous avions parlé, voilà ce que ce qu’ils ont rapportés. On peut déjà sentir dans ces trois images un désir de fiction.

Khaoula a d’ailleurs accompagné ses photos d’un texte qu’elle a lu aux autres élèves. Une jeune fille pense à un garçon ; « a boy meets a girl… 
 
Durant la séance suivante, la séquence du duel dans « Il était une fois dans l’Ouest » a été très précieuse pour reparler du format, du cadre, de la valeur des plans mais aussi pour commencer à évoquer le principe du fractionnement de l’espace et du temps grâce au découpage. Nous avons aussi évoqué la notion de plan-séquence en regardant la fusillade extraite du film « Breaking News » réalisé en 2004 par John To. Une affaire de duels !

Nous avions décidé avec les professeurs de commencer assez tôt avec un exercice pratique. Aussi pour cette quatrième séance nous avons tenté de tourner une histoire très courte qui se passe dans le couloir du lycée : une jeune fille veut passer un mot doux à un garçon, mais au moment où elle s’apprête à le faire, une autre fille apparaît, embrasse le garçon et s’éloigne avec lui bras dessus dessous.

Nous avons tourné 5 plans en quarante minutes, répartition des taches et des rôles et temps de répétition compris. Je ne sais pas ce que cela donnera mais chacun a pris son rôle à cœur et le tournage s’est très bien déroulé. La semaine prochaine nous filmerons une autre histoire très courte avant de passer au dérushage et aux premiers essais de montage…

vie du projet