×

Films et séances

 

Camillo Torres

réalisation : Bruno Muel et Jean-Pierre Sergent
durée : 10'
Synopsis : 

Entretien en français du prêtre colombien Camillo Torres qui a rejoint l'ELN et fut tué quelques mois après avoir accordé cette interview.

 

Algérie, année zéro

réalisation : Marceline Loridan et Jean-Pierre Sergent
durée : 40'
Synopsis : 

Documentaire sur les débuts de l'indépendance algérienne filmé au cours de l'été 1962 à Alger. Le film fut interdit en France et en Algérie mais obtint le Grand prix du festival international de Leipzig en 1965. Par amitié, la société de production Images de France, leur envoya un opérateur : Bruno Muel.

 

A luta continua

réalisation : Bruno Muel et Asdrubal Rebeleo
durée : 15'
Synopsis : 

Dans un pays en ruine, l'Angola, deux “enfants de la guerre”, aidés et encadrés par l'armée et le pouvoir en place (le MPLA), tentent de vivre et de survivre. Pour l'un d'eux, le chant aussi l'aide à exprimer sa souffrance et son envie de vivre.

 

On n'est pas des marques de vélo

réalisation : Jean-Pierre Thorn
durée : 89'
Synopsis : 

Un portrait de Bouda, jeune danseur hip-hop de 30 ans, entré en France à l'âge de 4 mois, aujourd'hui clandestin à vie, victime d'une loi dite de "double peine" qui, au sortir d'une peine de prison, expulse les enfants de l'immigration vers des pays d'origine qui leur sont devenus étrangers. Un destin à la fois individuel et collectif -son utopie et sa chute- l'histoire d'une génération au coeur des banlieues nord de Paris (le fameux "93") où naquit en France le mouvement hip-hop, au début des années 80.

Klinkaart

réalisation : Paul Meyer
durée : 22'
Synopsis : 

Périphérie organise en collaboration avec l'Espace 1789 de Saint-Ouen une projection-débat autour de Denis Gheerbrant.

Avec Les Hommes debout (2010) de Jérémy Gravayat nous nous situons à la frontière d’un cinéma engagé et du cinéma expérimental. Ce documentaire, tant à partir de rushes d’un ancien film militant que de recréations fictionnelles, fait le lien entre d’anciennes mobilisations des travailleurs immigrés du groupe Penarroya et les évolutions urbaines et sociologiques d’un quartier autrefois ouvrier de la banlieue de Lyon – en posant de pertinentes questions politiques. 

Dans le cadre du 13 ème festival du film court en Seine-Saint-Denis "Côté court", le Ciné 104 de Pantin a proposé le mercredi 16 juin 2004 une séance présentée par Tangui Perron:  Prototypes et Politique

Photogramme tiré de Rue des petites mairies, un film de Laurence Rebouillon, 2003. 

La 12 ème édition du festival  "Côté court" au Ciné 104 de Pantin a proposé en avril 2003 une séance "Nouveaux militantismes", dans le cadre d'une rétrospective du cinéma militant en France.

Pages