×

Films et séances

 

Deux ou trois choses que je sais de la Bretagne…

réalisation : Bruce Krebs
durée : 5'
Synopsis : 

La Bretagne vue du ciel, entre traditions et pollution, avec ses pavés et ses boulettes sur et sous la plage. Ce court et inventif film d'animation de Bruce Krebs cinéaste et plasticien œuvrant à la Rochelle, nous plonge avec talent dans les combats et l'idéologie des années soixante dix - quatre-vingt.

 

L'Amour d'une femme

réalisation : Jean Grémillon
durée : 104'
Synopsis : 

A Ouessant, une jeune femme médecin (Marie, interprétée par Micheline Presles), d'abord isolée au sein de la population puis progressivement introduite par une vieille institutrice (Gaby Morlay), rencontre un jeune ingénieur venu superviser un chantier sur l'île. Il finissent par afficher leur amour au grand jour. Le jeune homme somme néanmoins Marie de choisir entre sa vie de couple ou sa vocation de femme médecin.

 

Le cyclope de la mer

réalisation : Philippe Jullien
durée : 12'
Synopsis : 

Un cyclope-phare face à un poisson-rouge récalcitrant. Des goélands hostiles. Ce court-métrage d'animation, de nombreuses fois primé, illustre la vitalité et la créativité d'une partie de la production bretonne contemporaine.
 

 

Gardiens de phare

réalisation : Jean Grémillon
durée : 58'
Synopsis : 

Yvon Bréhan, alors qu'il se promenait avec sa fiancée sur les dunes, a été mordu par un chien. Avec son père, il doit cependant prendre son tour de garde dans leur phare. La rage se déclare. La mère se déchaîne. Les femmes, sur la côte, veillent et observent les lumières du phare. Celui-ci s 'éteint.
 

 

Quai amer

réalisation : Michel Le Thomas
durée : 40'
Synopsis : 

 

Les filles de la sardine

réalisation : Marie Hélia
durée : 56'
Synopsis : 

 

Le petit-fils de Robinson

réalisation : Louis Le Meur
durée : 20'
Synopsis : 

A partir des thèmes d'une chanson populaire des années 1930, Louis Le Meur, cinéaste amateur au solide talent, met en scène des aventures enfantines sur les grèves de la baie se Saint-Brieuc, dans les Côtes d'Armor.

 

Le Tempestaire

réalisation : Jean Epstein
durée : 20'
Synopsis : 

La tempête fait rage et balaie toute l’île. Une femme de marin, inquiète pour son mari navigant sur les flots déchaînés, va solliciter l’aide du « tempestaire », seul homme –à moitié sorcier- capable de calmer les vagues. Au-delà de ce scénario ténu –« proche de la Paimpolaise »-, Jean Epstein, avec ce « pur poème audiovisuel » (Philippe Haudiquet) accomplit ici une synthèse de ses recherches plastiques et sonores. Et les paquets de mer qui, à Belle-Ile, engloutissent les Aiguilles de Port Coton n’en finissent pas de rouler sous nos paupières.

 

Finis Terrae

réalisation : Jean Epstein
durée : 65'
Synopsis : 

Quatre ramasseurs de goémons vivent et travaillent sur la minuscule île de Bannec, au milieu de l’océan. Au cours d’une dispute, Jean-Marie blesse Ambroise, un autre goëmonier. La mer est mauvaise et les communications avec l’île d’Ouessant (où réside le médecin ) sont impossibles. Au-delà de cette histoire simple au dénouement convenu, Jean Epstein, avec les habitants même des îles, a réalisé l’un de ses plus beaux films, une sorte d’ode aux vagues et aux hommes, aux roches et au ciel.

 

Vivent les dockers

réalisation : Robert Ménégoz
durée : 12'
Synopsis : 

Les luttes des dockers français durant l'hiver 1950. Après une évocation de la précarité, de la pénibilité et de la dangerosité de leur métier, ce film militant exalte l'héroïsme et les sacrifices des débardeurs mobilisés contre la politique américaine et le plan Marshall, le réarmemement allemand et la guerre d'Indochine...

Pages