×

Premier mai 1951

 

réalisation : Anonyme

vie du film

 

synopsis

La manifestation du 1er mai 1951, à Paris. Défilent successivement des travailleurs de l'électricité, des défenseurs de la laïcité, des policiers syndiqués ("la police au service du peuple"), une fanfare, un groupe d'Espagnols républicains, des représentants du Comité de défense des liberté démocratiques en Afrique Noire, un groupe de la jeunesse haloustique socialiste et un groupe franco-israëlien, les Femmes françaises, un char de "Regards" illustré par un portrait d'Henri Martin, des anciens prisonniers en tenue de déportés et des anciens combattants médaillés, des agents de la RATP, les enfants des patronages, les effigies de Danielle Casanova et de Jeanne d'Arc, de jeunes sportives réalisant une démonstration gymnique, le portrait, crépé de noir - d'Ambroise Croizat (décédé le 11 février 1951), des ouvriers de Citroën et, en fin de manifestation, des travailleurs d'Afrique du nord ("Peuple marocain, courage nous sommes avec toi" ; "Libération des colonies, c'est la paix" ; "l'Algérie aux algériens"). Une banderole du MTLD est rédigée en arabe et en français. C'est à ce stade de la manifestation, en queue de cortège et au niveau de la place de la Nation, que des incidents éclatent (brèves images de matraquage et de jets d'ustensiles sur les cars de CRS).
Bien que muet et amateur ce document, pris au sein de la foule, fournit de précieuses indications sur les manifestations politiques t syndicales au début des années 1950. Premier mai 1951 est en effet à la fois un témoignage sur les manifestations du Paris populaire, sur la montée des revendications anticoloniales et, enfin, sur le climat de guerre froide et de répression.

Tangui Perron

retour à la liste des films