×

Grandin

Les raisons d'une victoire

 

réalisation : Nat Lilenstein

montage : Jeannine Pommier

vie du film

 

synopsis

Les huit mois de luttes de l'usine Grandin, à Montreuil, de février à octobre 1975. Après une dénonciation du rôle du groupe Thomson dans la faillite délibérée de Grandin - entreprise d'origine familiale spécialisée dans la fabrication des télévisions, des récepteurs auto-radio et des chaînes haute-fidélité -, ce documentaire militant s'attache à montrer le rôle bénéfique du PCF dans la mobilisation de la main d'oeuvre de Grandin, main d'oeuvre essentiellement féminine. Les différentes actions de solidarités et de protestations sont ainsi commentées par plusieurs responsables communistes, de la secrétaire de cellule jusqu'au membre du CC, en passant par le maire de Montreuil (soit Mathilde Angeloni, Jean Garcia, Marcel Dufriche). L'on voit donc, le plus souvent en photo, l'occupation de l'usine, des manifestations et des délégations, et les occupations du bureau de la ministre de la Condition féminine, Françoise Giroud, du siège de Thomson, d'Europe 1, de TF1, de la mairie de Deauville (dont Michel d'Ornano est le maire), de la Préfecture de la Seine-Saint-Denis et du stand de Thomson au Salon des Arts ménagers... Ces actions finissent par déboucher sur la réouverture de l'usine et par le réembauchage partiel des grévistes. Le 1er octobre, ceux-ci rendent officiellement les clés de l'usine à la nouvelle direction et leur passent le pouvoir, "pour l'instant". Pendant la lutte, le PCF et la CGT se sont considérément développés au sein de l'entreprise.

Tangui Perron

 

retour à la liste des films