×

Représentation du réel

Représentation du réel

Stage académique

année : 2009

intervenant cinéma : Corinne BoppJeanne DubostTangui PerronMichèle SoulignacPhililppe Troyon Ariane Dreyfus

présentation

Plan académique de formation 2008-2009

Académie de Créteil

Partenaire et opérateur du stage : Périphérie

Représentants de la Délégation académique à l’éducation artistique et à l’action culturelle : Bernard Loyal, Monique Radochévitch

Représentation du réel au cinéma à partir de l’étude des genres du documentaire

 

PROGRAMME

 

Mardi 27 janvier

Le patrimoine, Tangui Perron, Ainsi que Bernard Loyal et Philippe Troyon

De 9h30 à 12h30 au Méliès :

La matinée sera consacrée à la conception du livre-DVD Etranges étrangers. Nous nous servirons du portrait de Marcel Trillat, ainsi que de l’arborescence du DVD pour présenter la collection de DVD « histoire d’un film, mémoire d’une lutte » en tant qu’outils pédagogiques.

Projection de :

•   Etranges étrangers de Marcel Trillat et Frédéric Variot, 1970, 58’

•   Marcel Trillat, portrait de Tangui Perron et Philippe Troyon (extrait)

 De 14h à 17h à Périphérie :

L’après-midi nous reviendrons, extraits à l’appui, sur les dix tables rondes Histoire d’un film, mémoire d’une lutte, organisées en partenariat avec les Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis. Ces tables rondes nous permettront d’aborder les différents types de luttes, l’utilisation de rushes montés ainsi que le rapport aux publics.

 

 

Mercredi 28 janvier

La programmation, Corinne Bopp, Ainsi que Bernard Loyal et Philippe Troyon

De 9h30 à 12h30 au Méliès

L’idée que nous aimerions développer au cours de cette matinée est que le travail de programmation de films documentaires a beaucoup à voir avec un travail de transmission aux spectateurs. Nous voulons montrer ainsi concrètement, avec des exemples précis tirés de l’édition de 2007 des Rencontres du cinéma documentaire : Comédie documentaire, quels ressorts jouent tout au long d’un travail dont l’objectif principal est de réunir les conditions permettant aux spectateurs d’en tirer l’expérience la plus riche possible.

Extraits projetés :

Séance de courts-métrages :

•   Le Musée de la police (France -1967) de José-Maria Berzosa

•   L'île aux fleurs (Brésil-1989) de Jorge Furtado  (projeté intégralement)

•   H is for House (Grande-Bretagne-1973) de Peter Greenaway (projeté intégralement)

•   L'Hôpital (Pologne-1976) de Krzysztof Kieslowski

•   Un petit Prince (France-1985) de Radovan Tadic

•   Le jour de la première de Close-up (Italie-1997) de Nanni Moretti (projeté intégralement)

Parcours de Claudio Pazienza :

•   Tableau avec chutes (1997)

•   Esprit de bière (2000)

•    L’Argent raconté aux enfants et à leurs parents (2002)

•   Scènes de chasse au sanglier (2007)

•   Sauf mention contraire, extraits de 10 minutes environ.

De 14h à 17h à Périphérie :

Ariane Dreyfus, retour sur les films projetés :

L'intervention d'Ariane Dreyfus visera à donner quelques outils pour faire naître, à partir des courts-métrages d'auteurs visionnés le matin, une écriture poétique ou du moins personnelle, afin que les émotions éveillées par les films soient réinvesties et continuées dans un travail sur la langue.

Éducation à l’image : Philippe Troyon

Philippe Troyon, responsable de l'éducation à l'image à Périphérie et intervenant dans de nombreux établissements scolaires en Seine-Saint-Denis, évoque son approche du cinéma documentaire avec une nouvelle technologie, le téléphone portable. Il relate le travail possible avec cet usage que connaîssent bien les élèves en le mettant en perspective éthique (droit à l'image) et esthétique ( écriture et poétique du réel).

 

 

Jeudi 29 janvier

Les résidences Michèle Soulignac, Jeanne Dubost, Ainsi que Bernard Loyal et Philippe Troyon

De 9h30 à 12h30 au Méliès

Dans le cadre de son dispositif d’aide à la création Cinéaste en résidence, Périphérie accueille les cinéastes au moment du montage des films. C’est durant cette partie du travail, souvent longue et cruciale, que le récit prend forme.

Qu’est-ce qu’une résidence de montage? Comment sont choisis les films ? Comment est accompagné  un cinéaste lors de cette étape décisive de la création dans le cinéma documentaire?

En amont, comment un dispositif comme Cinéaste en résidence s’inscrit dans le parcours de production d’un film ? En quoi la résidence peut être déterminante dans la faisabilité du film ?

De 14h à 17h à Périphérie :

En aval, comment les cinéastes et leurs monteurs  en s’appuyant sur des dvd “pédagogiques” réalisés puis commentés peuvent rendre concrètes et visibles pour un public non initié de scolaires le travail que représentent ces semaines de montage. Une telle résidence peut-elle exister dans le cadre d’un établissement scolaire ?

À partir d’un exemple de film accueilli en résidence à Périphérie, Mirages, d’Olivier Dury, nous tenterons de vous faire découvrir ce long parcours qu’est la réalisation d’un film documentaire de création.

 

 

vie du projet