×

Grèves d'occupation

 

réalisation : Anonyme

vie du film

 

synopsis

Manifestations et grèves de juin 1936 en région parisienne, principalement à Billancourt (usines Renault) et à Boulogne, Gennevilliers et Epinay-Sur-Seine (studios et laboratoires de cinéma). Le films insiste sur la culture et le folklore ouvriers, souvent proches du carnaval : repas et bals, mise à feu du mannequin des 48 heures, enterrement parodique du capital, exécution symbolique des descendants des "immigrés de Coblentz", cortèges accompagnant une rosière et un couple de grévistes se mariant, défilés de jeunes grimés en "bolchevik-au-couteau-entre-les-dents"... Les occupations d'usines sont présentées comme joyeuses et disciplinées.

Si Grèves d'occupation est une évocation enjouée du mouvement de juin 1936, il est à noter que le dernier plan est celui d'une benne en action, symbole de travail. Filmé en 1936 et monté et commenté a-posteriori, Grèves d'occupation fut un des films les plus diffusés dans les circuits militants du Front populaire. La phrase finale du documentaire ("chacun doit tenir ses promesses") semble s'adresser au gouvernement. Ce document précieux sur la culture et les défilés ouvriers signe également une des toutes premières rencontres entre le monde ouvrier parisien (les métallos en particulier) et une partie du monde du cinéma (les travailleurs du film et leur syndicat).

Tangui Perron

retour à la liste des films