×

Colonialisme et anticolonialisme

Tangui Perron participera à la table ronde organisée sur le thème

"Traditions d’hospitalité en Tunisie : les réfugiés algériens de 1958 à 1962 »

Lundi 19 juin à 19h00

Au bar La Colonie 

128 Rue Lafayette - 75 010 Paris

 

BOUDJEDRA Rachid, Naissance du cinéma algérien, François Maspero, 1971

CHARBY Jacques, Les Porteurs d'espoir. Les réseaux de soutien au FLN pendant la guerre d'Algérie : les acteurs parlent, Editions La Découverte, 2004

DENIS Sébastien, Le Cinéma et la guerre d'Algérie, Editions Nouveaux Monde, 2009

GASTAUT Yvan, L'immigration et l'opinion en France sous la Vème République, Seuil, 2000

ALLEG Henri, La Question, Les Editions de Minuit, 1958

BLANCHARD Pascal, BANCEL Nicolas et LEMAIRE Sandrine, Fracture coloniale, La société française au prisme de l'héritage colonial, Editions La Découverte, 2005

BRANCHE Raphaëlle, La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie, 1954 - 1962, Gallimard, 2001

BRANCHE Raphaëlle, Prisonniers du FLN, Editions Payot, 2014

CHARBY Jacques, L'Algérie en prison, Les Editions de Minuit, 1961

Comme il existe un cinéma militant, il existe aussi un cinéma anticolonial – et les deux sont intimement liés. Si ce cinéma fut toujours précaire, fauché et systématiquement censuré, s’il fut seulement le fait d’une poignée d’hommes et de femmes, il est aussi le symptôme d’un mouvement anticolonial profond, tant dans les pays colonisés que dans les pays colonisateurs. Ces films tournés et projetés clandestinement ont montré à des dizaines de milliers de personnes les crimes du colonialisme, le pillage des richesses, l’inégalité et l’iniquité des échanges. Leur rôle historique est indéniable. Les films anticoloniaux – et certains pamphlets sont des chefs-d’œuvre – sont à intégrer à l’histoire du cinéma mais aussi à l’histoire des indépendances, souvent malmenée et méconnue.