×

PATRIMOINE

Tables rondes

Études et projections

Portraits et entretiens

Bretagne et cinéma

Films et séances

 

Salvador Allende

réalisation : Patricio Guzmán
durée : 100'
Synopsis : 

“Au lendemain du 11 septembre 2001, l’Amérique meurtrie repart avec toute son arrogance contre les puissances du mal. Inévitablement, je me souviens du 11 septembre 1973 où cette Amérique fomenta un coup d’Etat pour abattre la révolution pacifique et démocratique qui se construisait dans mon lointain pays, le Chili. La passion d’Allende pour la démocratie, pour la politique, question d’une totale actualité, est au cœur de ce voyage dans l’histoire de mon pays. Un pays sans documentaire, c’est comme une famille sans photo. Une mémoire vide.”

 

Les trois cousins

réalisation : René Vautier
durée : 18'
Synopsis : 

Trois paysans algériens viennent chercher du travail en France. Ils y trouveront la mort.

 

Les femmes ont pris la colère

réalisation : Soizick Chappedelaine
durée : 65'
Synopsis : 

Les épouses de grévistes retiennent quelques heures le patron de leurs maris, le temps de réclamer une explication. Description du procès qui s’ensuit, incidences du conflit sur la vie affective. Les nécessités et les effets de la lutte ont rarement été montrés avec autant de simplicité et de profondeur.

 

Classe de lutte

réalisation : Groupe Medvedkine
durée : 37'
Synopsis : 

Premier film réalisé par les ouvriers du groupe Medvedkine. Il suit la création d’une section syndicale CGT dans une usine d’horlogerie par une ouvrière dont c’est le premier travail militant en 1968. Comment Suzanne réussit à mobiliser les autres femmes de l’entreprise, malgré la méfiance des dirigeants syndicaux et les intimidations du patronat.

 

Camillo Torres

réalisation : Bruno Muel et Jean-Pierre Sergent
durée : 10'
Synopsis : 

Entretien en français du prêtre colombien Camillo Torres qui a rejoint l'ELN et fut tué quelques mois après avoir accordé cette interview.

 

Algérie, année zéro

réalisation : Marceline Loridan et Jean-Pierre Sergent
durée : 40'
Synopsis : 

Documentaire sur les débuts de l'indépendance algérienne filmé au cours de l'été 1962 à Alger. Le film fut interdit en France et en Algérie mais obtint le Grand prix du festival international de Leipzig en 1965. Par amitié, la société de production Images de France, leur envoya un opérateur : Bruno Muel.

 

A luta continua

réalisation : Bruno Muel et Asdrubal Rebeleo
durée : 15'
Synopsis : 

Dans un pays en ruine, l'Angola, deux “enfants de la guerre”, aidés et encadrés par l'armée et le pouvoir en place (le MPLA), tentent de vivre et de survivre. Pour l'un d'eux, le chant aussi l'aide à exprimer sa souffrance et son envie de vivre.

 

On n'est pas des marques de vélo

réalisation : Jean-Pierre Thorn
durée : 89'
Synopsis : 

Un portrait de Bouda, jeune danseur hip-hop de 30 ans, entré en France à l'âge de 4 mois, aujourd'hui clandestin à vie, victime d'une loi dite de "double peine" qui, au sortir d'une peine de prison, expulse les enfants de l'immigration vers des pays d'origine qui leur sont devenus étrangers. Un destin à la fois individuel et collectif -son utopie et sa chute- l'histoire d'une génération au coeur des banlieues nord de Paris (le fameux "93") où naquit en France le mouvement hip-hop, au début des années 80.

Klinkaart

réalisation : Paul Meyer
durée : 22'
Synopsis : 

 

Léon Moussinac fut l'introducteur, avec le réseau des Amis de Spartacus, du cinéma soviétique en France. En 1928, dans les colonnes du journal L'Humanité, il critique violemment le film Jim le harponneur, ce qui lui vaut un procès des distributeurs, qu'il gagne en appel. Grâce à cette prise de position, la profession conquiert le droit à l'indépendance de la critique.

Pages