×

PATRIMOINE

Tables rondes

Études et projections

Portraits et entretiens

Bretagne et cinéma

Films et séances

 

Yann Le Masson, né à Brest en 1930, ne s’appelle pas Yann et il n’est peut-être pas tout à fait lui-même. C’est par cette vérité et cette boutade un peu macabre – vous verrez pourquoi- que Yann Le Masson aime parfois à se présenter. Fervent nationaliste, le père du cinéaste voulait à tout prix donner un prénom breton à son fils. L’officier civil refusa – à cette époque on ne badinait pas avec la norme jacobino-républicaine -  et il imposa la traduction française : sur ses papiers officiels Yann se prénomme Jean. Chez les Le Masson il était interdit de parler français à table.

Périphérie et le cinéma l'Ecran, en partenariat avec l'Amicale des Bretons de Saint-Denis, vous proposent le film Remorques (1941) de Jean Grémillon.
Séance conçue et animée par Tangui Perron, chargé du Patrimoine à Périphérie.
Crêpes et cidre concluront chaleureusement la rencontre.

Samedi 3 mai à 2014 à 16h00
Cinéma l'Ecran
Place du Caquet, 93200 Saint-Denis.

La première table ronde des Voies singulières « A la gauche du père » est consacrée à l’itinéraire et aux engagements de femmes et d’hommes qui, d’abord dans le sein d’une église qu’ils souhaitaient en prise avec son époque, se sont mis durant toute leur vie, en Seine-Saint-Denis, au service de la classe ouvrière, de ses organisations ou des populations prolétaires.

Dans le cadre des 14èmes journées cinématographiques dionysiennes consacrées à l'Utopie, Périphérie participe à plusieurs rencontres. Un hommage collectif à Chris Marker sera rendu. Au menu : son rapport à l'utopie politique et au mouvement ouvrier.

Vendredi 14 février à 20h30
Cinéma l'Etoile
Allée du Progrès, La Courneuve
 

Pour cette 19ème séance de « Bretagne et cinéma », nous vous proposons le film Que la fête commence (1975) de Bertrand Tavernier.

En réalisant un des meilleurs films historiques des années 1970, Bertrand Tavernier a réussi à mêler une épopée bretonne - la pathétique révolte du Marquis de Poncallec (incarné par l'excellent Jean-Pierre Marielle) - et des considérations sur l'Histoire, la vie et la finitude. On est loin des interprétations frelatées de la Révolte des Bonnets rouges (qui eut lieu quelques décennies auparavant).

Pour sa 18ème soriée « Bretagne et cinéma », le Magic cinéma de Bobigny et l'association Périphérie organisent une séance exceptionnelle : la projection d'un film méconnu de Jean Grémillon, Pattes blanches (1949), en partie tourné à Erquy, dans les Côtes-d'Armor, avec Michel Bouquet dans un de ses premiers rôles.

Séance animé par Tangui Perron, chargé du Patrimoine à Périphérie.
En présence du comédien Michel Bouquet.
 

Si l’on sait que, historiquement, la Seine-Saint-Denis est une terre d’immigration, sait-on combien aussi elle fut un lieu de refuge, d’accueil et de solidarité ? Après le 11 Septembre 1973, un nombre non négligeable des 10 à 15 000 réfugiés politiques chiliens est passé par le département – du foyer des jeunes travailleurs de Bobigny à la ville de Bondy… Et beaucoup y sont restés. 

Soirée d’hommage aux exilés chiliens animée par Tangui Perron, chargé du Patrimoine, au Magic Cinéma de Bobigny dans le cadre du festival Résonances 13èmes Rencontres du cinéma citoyen (27 novembre au 3 décembre 2013). Films projetés :

 

À bord du Claire-Jeanne

réalisation : Emmanuelle Pencalet
durée : 44'
Synopsis : 

Pages