×

PATRIMOINE

Tables rondes

Études et projections

Portraits et entretiens

Bretagne et cinéma

Films et séances

 

À bord du Claire-Jeanne

réalisation : Emmanuelle Pencalet
durée : 44'
Synopsis : 

 

Au large du désert

réalisation : Henri Fabiani
durée : 18'
Synopsis : 

La pêche à la langouste à bord du Rubis, immatriculé à Camaret, bateau breton navi- guant au large des côtes mauritaniennes. Le cinéaste, Henri Fabiani, membre du Groupe des trente, pointe déjà le déclin d’une certaine pêche, comme la raréfaction des ressources, tout en laissant une belle liberté créatrice à son opérateur, André Dumaître. Au large du désert se situe ainsi dans la belle lignée des films sur la pêche, tout en rompant avec les clichés d’un métier soi-disant immuable.

 

Goémons

réalisation : Yannick Bellon
durée : 23'
Synopsis : 

À travers la vie des habitants d’une ferme sur l’île de Béniguet, patrons et ouvriers agricoles, le film reconstitue la chaîne du travail de la récolte au brûlage puis au “piffronage” qui transforme les goémons en pain de soude d’où sera extrait l’iode revendu à bon prix.

Projection exceptionnelle de rushes inédits de Cité de la muette (1986) de Jean Patrick Lebel : le témoignage in extenso de Paulette Sarcey-Slifke, résistante et déportée.

Cité de la Muette, premier documentaire consacré à l’histoire et à la mémoire du camp de Drancy, a été réalisé par Jean-Patrick Lebel (1942-2012), cinéaste et fondateur de Périphérie. Monté par Christiane Lack le film fut distribué à partir 1986. Le principal opérateur de Cité de la Muette, Dominique Chapuis, est également le caméraman de Shoah de Claude Lanzman.

Mercredi 27 novembre 2013 à partir de 9h30
Salle de conférences, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
18, avenue du Président Salvador Allende, 93000 Bobigny

Journée  d’étude élaborée à l’occasion des trente ans de Périphérie et des dix de la mission Patrimoine et cinéma. Cette journée reviendra sur les pistes esquissées lors des tables rondes « Histoire d’un film, mémoire d’une lutte » et des « Vies prolétaires»

Journée d’étude élaborée à l’occasion des trente ans de Périphérie et des dix de la mission Patrimoine et cinéma. Cette journée reviendra sur les pistes esquissées lors des tables rondes « Histoire d’un film, mémoire d’une lutte » et des « Vies prolétaires» et entendra montrer combien l’histoire sociale, l’histoire du cinéma (y compris les vidéos militantes) et l’histoire des représentations, pensées souvent de manières séparées, peuvent au contraire s’enrichir et se féconder.

 

Comment rendre compte par un film, tourné en quelques jours juste après le coup d’Etat du 11 septembre, des blessures, des deuils, des disparitions, des rumeurs, vécus par des centaines de milliers de Chiliens qui avaient vu brutalement s’effondrer ce qui les avait fait vivre et espérer pendant les trois années de l’Unité Populaire.

Paulette Sarcey-Slifke née en 1924 à Paris, internée à Drancy, fut déportée à Auschwitz le 23 juin 1943. Des 1018 déportés du convoi 55, on ne compte en mai 1945 que 72 survivants (dont une trentaine de femmes).

Secrétaire général de la CGT de 1982 à 1992, Henri Krasucki (1924-2003) est déjà un haut responsable cégétiste et communiste quand il accède au poste de dirigeant de la confédération.

Pages