×

Quartiers populaires

Filmer les grands ensembles

Villes rêvées, villes introuvables

Une histoire des représentations audiovisuelles des grands ensembles (milieu des années 1930 - début des années 1980)

Camille Canteux, Créaphis Editions, Paris, 2014

 

 

L'association Périphérie en partenariat avec le Cinéma l'Étoile de la Courneuve organisent le 14 décembre 2018 deux projections du film de Michel Drach, Élise ou la vraie vie (1970), deux séances à 14h et à 20h.

Vendredi 14 décembre 2018 au cinéma L'Etoile de la Courneuve, à 14h et 20H. 

1 Allée du Progrès 93120 La Courneuve

RER B Gare de La Courneuve Aubervilliers (puis dix minutes à pied) ou Tramway 1 arrêt Hôtel de Ville de La Courneuve

Remerciements : Henri Roux, Nina Almberg, Le Forum des Images, David Drach (Port Royal Films). 

 

Jean-Louis Bory, écrivain et critique cinématographique dans son ouvrage L'écran fertile analyse l'engagement du réalisateur à mettre en scène une histoire d'amour entre une Française et un Algérien, dans le contexte de la France ouvrière des années 1970 (texte disponible dans l'article). 

 

 

Marraine de la 2ème édition des Rencontres populaires du Livre de Saint-Denis, Annie Ernaux défend l'importance de la lecture et le pouvoir des mots à éveiller les consciences et les aspirations de chacun. 

Le féminisme, les quartiers populaires et Africa

ou les itinéraires de Mimouna Hadjam

mercredi 26 avril 2017 à partir de 14h00

ENTRÉE LIBRE

aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis

54 avenue du président Salvador Allende, 93 000 Bobigny (01 43 93 97 00)

Le travail de recherche et de découverte engagé sur le territoire d’Aulnay-sous-bois par Tangui Perron, historien, représente la source principale de nos séances. A travers plusieurs films documentaires tournés à Aulnay dans les années 80, les élèves sont amenés à analyser l’empreinte du temps qui passe sur le témoignage, sur le récit de vie. 

Mené par Antoine Vaton

Collège Gérard Philipe - Aulnay-sous-Bois

A force, on s'habitue

réalisation : Jean-Pierre Gallèpe
durée : 86'
Synopsis : 

En 1979, à la demande de la municipalité, Jean-Pierre Gallèpe filme des jeunes adolescents, garçons et filles, dans leurs différents lieux de vie : la cité de la Rose des Vents, la maison de la jeunesse, le conservatoire de musique… Il réalise six court-métrages dans lesquels il interroge leurs quotidiens, puis réalise à partir de ce matériau A force, on s’habitue, amèrement sous-titré la Belle Vie. 

 

La représentation de la banlieue est souvent sujette à des médiatisations éphémères liées à des actualités spectaculaires – et ces médiatisations sont suivies ou précédées de longues périodes d’indifférence ou d’ignorance. À l’encontre de ce traitement événementiel, il existe un discret et tenace courant documentaire, qui, en s’inscrivant dans un territoire, tente d’interroger et d’enrichir nos représentations et interrogations sur la société actuelle.