×

Mouvement ouvrier et cinéma

Pendant longtemps, l'approche des rapports entre mouvement ouvrier et cinéma fut esquissée par des historiens et surtout des critiques (souvent soviétophiles) dont on ne retint généralement que quelques repères sommaires, soit un coup de clairon et une citation. Le coup de clairon : la nationalisation du cinéma le 27 août 1919 par la République des soviets. La citation : «Le cinéma est de tous les arts le plus important» (Lénine). L'histoire des liens tissés par les mouvement communistes nationaux fut ainsi déclinée à l'aune de ce décret et de cette déclaration.

Les origines du cinéma militant (ou le cinéma militant et la mort)

 
" A la recherche du cinéma ouvrier : périodisation, typologie, définition"
(en forme de propositions) [1]


  Article publié dans Le cinéma ouvrier en France in "les Cahiers de la Cinémathèque" (cinémathèque de Perpignan), n° 71, décembre 2000.

 La mine paysage dure et sombre où la poussière recouvre tout, la mine décor de roman, prétexte à belle image, source inépuisable d'effets faciles… Mais la mine qu'est-ce encore ? C'est surtout et avant tout des hommes (…). Ces hommes meurent jeunes parce qu'ils sont imprégnés de la poussière du charbon qui, moi après mois, ronge leurs poumons.

Que l'on nous permette d'abord un simple constat : la critique, en général, n'a pas été à la hauteur de l'événement qu'à constitué l'arrivée sur les écrans français de Native Land, cinquante-six ans après sa discrète sortie, là aussi, aux Etats-Unis. Dans les deux cas, c'est sans doute le contexte historique qui a nui à la reconnaissance et à la diffusion de l'oeuvre d'un des plus grands photographes américains, Paul Strand, et de Léo Hurwitz, cinéaste. En 1942, dénoncer un complot fasciste intérieur alors que l'heure est à la mobilisation générale contre l'Allemagne, était forcément se placer à contre-courant. Voir plus d'un demi-siècle plus tard - après la chute du Mur de Berlin pour être précis - un documentaire qui est à la fois une oeuvre de propagande et un chef-d'oeuvre du cinéma, un film crypto-communiste et un film très américain, est presque une faute de goût ; ce n'est pas en tout cas "moderne" et c'est en plus compliqué pour tous ceux qui ont fini par croire à la fin de l'histoire, à la fin du politique, et qui ont tracé définitivement aussi, presque avec soulagement, un trait d'égalité entre communisme et stalinisme. Effectivement, Native Land, comme tout film de propagande - et peut-être comme tout film ? - est "daté".

 

Article inédit.