×

Films accueillis

De Chatila nous partirons

réalisation : Antoine Laurent
durée : 44'
Synopsis : 

Tarek, Sobhe et Jalal sont réfugiés palestiniens. Ils sont nés dans les camps de Sabra et Chatila au Liban, dans les années 80. En 2011 ils y ont créé un centre de soutien scolaire et une maternelle Rêves de réfugiés. Durant les cours, lors des projets qu'ils mènent à l'interieur des camps comme dans leur quotidien, les trois amis donnent l'exemple. Ils sont persuadés qu'en attendant de revenir en Palestine, une vie citoyenne est possible, à l'intérieur des camps.

Belle à jamais

réalisation : Laurette Lalande
durée : 25'
Synopsis : 

Ville : Yaoundé. Adresse : Etoudi, carrefour du Palais. C'est en arrivant dans cette maison où j'allais vivre pendant cinq semaines que j'ai décidé de filmer ses habitants : Dolvie, Daniella, Gaelle, Mirabelle, Raphaella, Ingrid, Sophie et Loic. Tous vivent chez Honorine, mais seule Gaelle est sa "vraie" fille. Pourtant, ici, tout le monde appelle Honorine "maman".

Sinto a tua falta

réalisation : Lucas Roxo
durée : 31'
Synopsis : 

En février 1971, Léonor quitte le Portugal pour s'installer en France. Sa fille ne la rejoindra qu'au bout de quatre mois. Quarante ans plus tard, nous retraçons le chemin de l'exil pour ausculter la distance créée par le passage de la frontière. En réécrivant les lettres jamais prononcées, en revenant sur les lieux de l'époque, un nouveau mouvement s'enclenche.

François

réalisation : Denia Chebli
durée : 30'
Synopsis : 

François a été relogé par une association qui prend en charge les Sans Domiciles Fixes à la Belle de Mai, un ancien quartier ouvrier de Marseille. Son petit appartement devient un théâtre en construction dans lequel il plante son décor et y étale ses souvenirs. Les objets, dont il a longtemps été privé, reprennent vie. Ils sont les points de départ de sa fiction. François n'a plus de chien, François n'a plus d'amoureuse, il a des souvenirs à raconter et des rêves avortés.

Mon noM

réalisation : Jean-Baptiste Desprez
durée : 43'
Synopsis : 

Je suis né en 1983 de la rencontre entre deux figurants sur le tournage d'un film à Tourcoing dans le nord de la France. Repérés séparément, on les fit jouer un couple invité à danser une java au mariage d'un syndicaliste en plein Front Populaire. L'instant d'après un homme criait « Arrêtez tout, c'est qu' du cinoche ». La camera fut alors le premier témoin de cette rencontre et à ma connaissance, il s'agit du seul instant filmé réunissant ma mère et Gilles.