×

12èmes Rencontres : Comédie documentaire

 

50 films, 24 séances de projections et débats, plus de 2.100 spectateurs (soit 85 spectateurs par séance), de nombreux moments forts partagés avec le public, portés par la parole des cinéastes présents... Nous tenons ici à les remercier chaleureusement pour leur générosité et notamment Luc Moullet qui a véritablement oeuvré avec nous et Sergueï Dvortsevoy venu spécialement de Moscou accompagner une rétrospective de ses films. Il y eu également les beaux échanges avec Claudio Pazenzia, la venue de cinéastes qui se font rares tels que Alain Cavalier ou Radovan Tadic, et bien sûr tous ces cinéastes qui creusent film après film des sillons inoubliables dans notre mémoire de spectateur : Nicolas Phillibert, Claudine Bories et Patrice Chagnard, Pierre Creton, Thomas Salvador...
Les débats ont été fertiles et Richard Copans a ouvert avec sa passion communicative un nouvel espace de rencontre : le parcours du producteur, que nous renouvellerons cette année.
Cette douzième édition des Rencontres fût donc pour nous une belle réussite et un approfondissement du travail commun avec l'équipe du cinéma Le Méliès.
Voici quelques témoignages de cette belle semaine.
Et rendez-vous du 29 mai au 1er juin 2008 à Saint-Ouen et Saint-Denis pour la programmation sur Mai 68 et les luttes ouvrières, et bien sûr en octobre prochain au Méliès !

Comédie documentaire : accoler ces deux mots semble une douce provocation. Pourtant, le documentaire, de plain-pied avec le cinéma, peut investir avec bonheur les genres les plus inattendus, telle la comédie réservée a priori à la fiction.
Dans les films de la programmation, les cinéastes proposent un récit du monde enjoué ou franchement comique. Il peut être teinté de tendresse, parfois de cruauté, toute la gamme des émotions et des tonalités de l’humour. Le caractère comique naît du rythme, de la distance, de l’auto-dérision, du décalage entre image et son. Il ressort de la mise en scène, de la complicité avec les personnes filmées. Alors, le lien fort et bouleversant que le documentaire tisse avec le spectateur se double du plaisir de rire ensemble, d’affronter ensemble le monde dans toutes ses dimensions, des plus dérisoires aux plus décisives.