×

17èmes Rencontres : A la première personne

 

A la première personne

17ème édition

du 4 au 12 octobre 2012

Sous le mode de l’autobiographie, du journal filmé ou de l’essai, les films documentaires à la première personne ont fait florès à partir des années 60, influencés notamment par le cinéma expérimental américain.

Une ligne nous intéresse de creuser ici : celle des films qui, loin d’être nombrilistes, font la part la plus belle au spectateur. La subjectivité assumée des cinéastes, si elle affirme que leur personnalité propre est centrale, le fait dans la mesure où toute personne est singulière et importante. Dans leur attitude, aucune position de surplomb mais une main tendue, expression du désir que le cinéma puisse constituer une expérience de vie partagée. Autour de notre invité Joseph Morder, nous vous proposons des films réalisés par certains de ses proches (Gérard Courant, Rémi Lange...), la découverte du travail de la jeune réalisatrice Pauline Horovitz et de nombreux films en avant-première de François Caillat, Pip Chodorov, Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini. Nous sommes également heureux de montrer Chiri, l’ultime film du cycle que Naomi Kawase a consacré à sa grand-mère.

La programmation alterne ainsi des films d’amis fidèles des Rencontres, des films nouveaux et des documentaires d’auteurs reconnus pour leur travail en fiction (Arnaud Desplechin, Antony Cordier, Kim Ki-duk). De multiples rendez-vous et débats animent, dans notre cher cinéma Georges Méliès de Montreuil, ces Rencontres que nous vous souhaitons belles et fructueuses.

Notre invité d’honneur : Joseph Morder

« Joseph, pour moi, n’est ni un metteur en scène, ni un cinéaste. Il filme comme d’autres peignent ou écrivent, c’est-à-dire depuis son enfance et tous les jours.

C’est un filmeur. » Alain Cavalier.

Le cinéaste français Joseph Morder, d’origine polonaise, est né en 1949, dans les Antilles, à Port of Spain (Trinité-et-Tobago, alors colonie anglaise). Jusqu’à l’âge de 12 ans, il vit en Équateur. C’est en 1962 qu’il s’installe avec sa mère et son frère Robi Morder à Paris. Le 5 octobre 1967, le jour de ses 18 ans, sa mère lui offre une caméra Super 8 avec laquelle il commence son journal filmé qu’il poursuit encore aujourd’hui.

“Je connais Joseph Morder diariste, Joseph Morder auto-ethnologue qui ne cesse de fixer les évènements - avant tout heureux - de sa vie (voyages, rencontres amicales et amoureuses, soirées, visites, promenades...) sur pellicule et depuis quelques années également en vidéo. Je suis fascinée par Joseph Morder autobiographe qui raconte sa vie en conjuguant, à son gré et selon son projet, des attitudes documentarisantes et fictionnalisantes. Il a ainsi constitué une oeuvre autobiographique unique et monumentale déployant à elle seule toutes les écritures filmiques du moi possibles et imaginables : journal, mémoires, autobiographie au sens restreint comme au sens large, autofiction, fiction d’inspiration autobiographique, fiction adoptant la forme d’un journal ou d’une lettre filmée...” Dominique Blüher

Master-class Joseph Morder - Les Rencontres du cinéma documentaire 2012 from Périphérie on Vimeo.

 

Quelques photos de cette édition :

 

        

    

     

     

  

 

     

  

        

  

De haut en bas, et de gauche à droite : Anniversaire de Joseph Morder - Master class de Joseph Morder - Joseph Morder et Corinne Bopp - Equipe de L'abominable - Pellicule - Nathalie Nambot - Projection 8mm - Corinne Bopp, Dominique Cabrera et Stéphane Goudet - Corinne Bopp et le public - Corinne Bopp, Joseph Morder, Marianne Geslin et Gérard Courant - Débat sur la HD - François Caillat - Gérard Courant - nos fidèles spectateurs - Jacques Bidou - Michèle Soulignac, Stéphane Goudet et Corinne Bopp - Olivier Zuchuat - Jean-Patrick Lebel - Pauline Horovitz et Corinne Bopp - Pauline Horovitz - des spectateurs ravis - Suzanne Liandrat-Guigues - Antony Cordier.

Merci à nos photographes : Rémi, Pierre, Djamel et Belém.

 

 

Cette année nous vous avons proposé en projection :

2084 de Chris Marker

Aimée (L’) de Arnaud Desplechin

Ami entends-tu de Nathalie Nambot

Arirang de Kim Ki-duk

Autobiographie #1 Rita Trinidad de Joseph Morder

Avrum et Cipojra de Joseph Morder

Barouh’ Hachem de Pauline Horovitz

Beau comme un camion de Antony Cordier

Chiri de Naomi Kawase

Cinématon de Gérard Courant

Comme des lions de pierre à l’entrée de la nuit de Olivier Zuchuat

Corps et la caméra, le cinéma de Jean-Daniel Pollet (Le), entretien avec Jean-Luc Godard

D’un chagrin, j’ai fait un repos de Laëtitia Carton

Demain et encore demain de Dominique Cabrera

Dossier 332 (Le) de Noëlle Pujol

E 412b de Pauline Horovitz

El Impenetrable de Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini

Estudo para o vento de Aline Portugal et Julia De Simone

Été madrilène (L’) de Joseph Morder

Facing the scene de Anna Baranowski et Luise Schröder

Film portrait de Jerome Hill

Free Radicals de Pip Chodorov

Grandes espérances (Les) de Pauline Horovitz

Instinct de conservation (L’) de Pauline Horovitz

J’aimerais partager le printemps avec quelqu’un de Joseph Morder

Journal de Joseph M (Le) de Gérard Courant

Kinophasie de Alexander Abaturov

Kneidleh mon amour de Pauline Horovitz

Libro Nero de Daniela de Felice

Lui et moi de Pauline Horovitz

Lunettes (Les) de Pauline Horovitz

Main au-dessus du niveau du cœur (La) de Gaëlle Komar

Maison de Pologne (La) de Joseph Morder

Mémoires d’un Juif tropical de Joseph Morder

Mercedes Dunavska ou l’impossible trajectoire A1 de Drazen Zanchi

Mes amoureux de Pauline Horovitz

Mes familiers de Pauline Horovitz

Myotis myotis de Pauline Horovitz

Notes for Jerome de Jonas Mekas

Notes on The Circus de Jonas Mekas

Nous autres film collectif

Oiseaux d’Arabie (Les) de David Yon

Omelette (Nez-de-pied) de Rémi Lange

Perspective du sous-sol de Olivier Zabat

Polanski et mon père de Pauline Horovitz

Près du corps de Gaëlle Douël

Ranger les photos de Laurent Roth et Dominique Cabrera

Si j’avais quatre dromadaires de Chris Marker

Tentative d’inventaire … de Pauline Horovitz

Toilettes sèches (Les) de Pauline Horovitz

Tout a commencé par le sourire de Pauline Horovitz

Train en marche (Le) de Chris Marker

Trois jours en Grèce de Jean-Daniel Pollet

Un jour j’ai décidé de Pauline Horovitz

Une jeunesse amoureuse de François Caillat