×

Chroniques documentaires - Babylone

 
Babylone de Sandrine Rinaldi
Production Triptyque Films
 
 
PRÉSENTATION
 
C. est altiste.
 
Professeure d'alto aux conservatoires de Villepinte et du Raincy.
 
Et concertiste, intermittente du spectacle, payée au forfait.
 
 
Enchaîne les concerts — Paris, province, banlieue.
 
 
Mène sa lutte d'instrumentiste classique, pour le quotidien le plus
urgent, entre goût pour la pédagogie (les conservatoires) et missions

ponctuelles en quatuors, en contrats d'orchestre, en soirées musicales.
 
 
Se rend à l'Église de la Madeleine en voiture ou en métro, ligne 5 –
terminus Pablo Picasso, pour encore 12 minutes à pied, l'alto sur le dos.
 
Jusqu'à chez elle.
 
 
C. vit à Bobigny, son Havre, sa Babylone, paie les traites de son
appartement.
 
 
Mais ces temps-ci. En ces temps incertains.
 
Suivre les règles sanitaires, masquée.
 
À la Madeleine, un siège de spectateur sur deux est condamné.
 
Au jour le jour, depuis le virus, les festivals d'été et les dates de
concerts classiques sont annulés.
 
La rentrée ?
 
 
L'avenir est moins assuré qu'avant.
 
Quand on est intermittente. Musicienne. Sans famille pour aider. Précaire
et artiste. Artiste et classe laborieuse.
 
Encore moins assurée qu'avant.
 
C'est l'histoire.
 
 
De la lutte en musique, ce sport extrême — entraînement et performance.
 
 
BIOGRAPHIE DE SANDRINE RINALDI
 
Sandrine Rinaldi
aussi Camille Nevers
cinéaste française
critique française
DJ occasionnelle.
Etc.
 
Presse ;
Cahiers du cinéma puis La lettre du cinéma.
Depuis 2018 à Libération.
Le Masque et la Plume, auparavant Chroniques radio épisodiques
France Inter - France Culture
 
Films ;
Cap Nord (2012) comédie musicale - DV - 59’
Mystification ou l’histoire des portraits (2005) drame - 35MM - 1h
 
Textes ;
au sein d’ouvrages collectifs sur le cinéma de
Sacha Guitry (Gallimard, 2007)
Manoel de Oliveira (Vendémiaire, 2017)
Samuel Fuller (Yellow Now, 2018)
Leo McCarey (Capricci, 2018)
Etc.