×

Chroniques documentaires - Les enfants du jeu

 
 
    
 
Les enfants du jeu de Chloé Inguenaud
Production Les films du tambour de soie / Antoine Disle
 
PRÉSENTATION
 
La ludothèque « les enfants du jeu » se situe au cœur du quartier des Francs-Moisins à Saint-Denis, depuis 30 ans. Sa singularité est de proposer aux enfants de plus de six ans, un vaste espace dédié aux "jeux symboliques". 
Ici, sans leurs parents, les enfants disposent de jouets et d’espaces aménagés : docteur, maison, poupées, guichet multiservice… où ils peuvent librement se déguiser, détourner les objets, réaménager, inventer leurs histoires. Les adultes présents ont pour rôle de favoriser leurs jeux, ils ne proposent pas, mais observent. Par leur posture, leur regard ils tentent d’offrir un cadre aux enfants afin qu’ils puissent s’exprimer librement dans le jeu, le vivre comme une expérience qui leur est propre, non soumise au jugement. Dans les autres contextes, le jeu a davantage une visée pédagogique, c’est l’âge des jeux de règles, du respect des consignes. A la ludothèque, le jeu, partant du désir et de l’imaginaire des enfants, peut prendre une dimension exutoire, dans le détournement et la recréation de situations vécues.
 
Le projet de chronique s’ancre dans cet espace-temps des jeux enfantins. Une forme cinématographique originale pourra naître de l’observation des enfants et de la posture des adultes présents, en résonnance avec le contexte particulier de la mutation du quartier. Les Francs-Moisins sont l’objet d’un vaste projet de rénovation urbaine, qui prévoit la destruction de plusieurs bâtiments, dont celui où se situe la ludothèque.
 
 
   
 
 
BIOGRAPHIE DE CHLOÉ INGUENAUD
 
Chloé Inguenaud étudie l’anthropologie à Paris, puis la philosophie à Naples où elle mène une recherche de terrain sur les stéréotypes napolitains. De retour à Paris, elle étudie le cinéma documentaire.
Elle collabore ensuite à l’écriture et à la réalisation de films documentaires pour le cinéma et la télévision.
En 2015, elle achève la réalisation de son premier long métrage documentaire Sempre le stesse cose, tourné durant cinq années au sein d’une famille napolitaine composée de quatre générations de femmes. Le film est sélectionné par des festivals internationaux, parmi lesquels le Cinéma du réel, à Paris, Yamagata Documentary Film Festival, au Japon, FIDOCS, au Chili, Istanbul Documentary Festival en Turquie…
Parallèlement, Chloé mène des ateliers d’anthropologie et de cinéma documentaire dans des écoles, collèges et centres sociaux. Ces deux dernières années, elle se concentre sur des ateliers au long cours, d’écriture et de réalisation au sein de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis.