×

Chroniques documentaires - observatoires documentaires

LES OBSERVATOIRES PROPOSENT UNE INITIATION AU CINÉMA DOCUMENTAIRE À DESTINATION DE TOUS LES PUBLICS.
 
     
 
FILMER LE TRAVAIL, LES LIEUX DE VIE...
 
Les Observatoires documentaires appréhendent le cinéma comme un outil pour donner à voir le travail, le quotidien autrement et à poser des questions différemment. Les Observatoires créent les conditions d’une rencontre entre le monde du travail, des lieux de vie et le cinéma documentaire. Le cinéma devient une autre façon de réfléchir les pratiques professionnelles et les différentes manières d’habiter le monde. Un acte de partage des regards entre ceux qui filment, ceux qui sont filmés et ceux qui voient les films.
 
Un Observatoire documentaire se déploie sur un territoire géographique donné, un lieu de travail ou un lieu de vie (entreprise, association, institution, etc.) sur deux années minimum, ponctuées de rendez-vous durant lesquels des cinéastes invitent les participants (salariés, habitants,…) à découvrir le documentaire de création, à échanger sur leurs pratiques, à rencontrer d’autres professionnels du cinéma mais aussi des chercheurs, puis à se familiariser avec l’écriture et les outils (caméra, micro, ordinateurs de montage) pour réaliser un film collectif.
Il s’agit avant tout de transmettre l’usage du documentaire comme un moyen d’appréhender le monde.
 
Certains participants s’empareront du cinéma avec l’idée de mettre en lumière leurs identités professionnelles. D’autres y verront l'opportunité de décaler le regard et d’enrichir la réflexion sur certains aspects qui leur importent. D’autres encore investiront le geste de filmer d’une charge plus politique : prendre la parole ou la donner à celles et ceux que l’on n’entend jamais.
 
La singularité des Observatoires est donc de sensibiliser des personnes a priori non-initiées au cinéma documentaire, afin qu’elles puissent se l’approprier à leur façon.
Prendre le temps de l’observation et de la compréhension d’un environnement mouvant et émouvant permet de se décaler, de s’extraire de son quotidien, de provoquer un dépaysement.
Investir, avec les moyens du cinéma, des espaces de vie ou de travail et donner à voir et à entendre des lieux et des pensées trop rarement filmés.