Service Urbanisme Est-Ensemble

En cours

Romainville
2019-2022

Intervenants

Julien Meunier (cinéaste) Julien Pornet (Périphérie)

Partenaires

Est-Ensemble, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis dans le cadre des Chroniques documentaires
Ciné 104 de Pantin

Présentation

L’Observatoire documentaire mené au sein de la Direction Aménagements et Déplacements d’Est-Ensemble est l’occasion de débuter une réflexion sur le travail des urbanistes sur ce territoire regroupant les villes de Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville en leur donnant les moyens de s’approprier les outils du cinéma pour traduire leurs questionnements en images et en sons. Du travail mené avec les élus, les aménageurs, les promoteurs en passant par les concertations avec les habitants, les délicates questions financières…, le métier d’urbaniste consiste à orchestrer toutes ces strates de complexité, de composer avec les difficultés et les différents acteurs, pour donner corps à la ville (aux villes) le plus harmonieusement possible. Ces villes où l’on habite, où l’on travaille, où l’on joue, où l’on circule… se transforment continuellement et doivent idéalement être agencées de façon à faire sens et contenter le plus grand nombre parmi celles et ceux qui la vivent au quotidien. C’est en scrutant au plus près les planifications en matière d’aménagement et de déplacements actuellement mises en œuvre sur le territoire d’Est-Ensemble et les transformations à plus ou moins long terme des différentes ZAC (Zones d’Aménagement Concerté), que cet Observatoire espère donner à voir, du point de vue de celles et ceux qui « façonnent la ville », la complexité et la richesse de ce métier au-delà des lieux communs.

Rencontre et initiation au cinéma documentaire

Une première phase de rencontres avec les urbanistes d’Est-Ensemble a permis de mieux prendre la mesure du travail, des missions de chacun et des enjeux des transformations actuellement mises en œuvre sur ce territoire. Parallèlement, un temps d’initiation au cinéma documentaire a permis à l’équipe de se familiariser avec le langage cinématographique et d’appréhender différents types d’écritures documentaires. Lors de cette phase d’initiation une rencontre avec le cinéaste Dominique Marchais, autour de son film La ligne de partage des eaux, a été l’occasion de mieux comprendre le processus créatif et les enjeux cinématographiques mis en œuvre pour aborder des questions, qu’elles soient géographiques, politiques… Comment filmer un paysage, une parole d’élu, une concertation, des réunions ; tout cela en ayant une exigence cinématographique affirmée ? L’équipe a ensuite réalisé ses premiers exercices filmés pour se familiariser avec la caméra et la perche et pour amorcer un travail de réflexion et commencer à nourrir l’écriture à venir du projet de film collectif.

Covid-19

La période de pandémie de Covid-19 a eu des répercussions sur l’Observatoire (confinements, généralisation du télétravail pendant plusieurs mois à Est-Ensemble…) et a fortement ralenti son élan. Nous avons néanmoins réussi à maintenir un lien avec l’équipe des urbanistes en proposant régulièrement des moments de discussion, de réflexion et même de projections de films ou d’extraits en ligne mais aussi en donnant à faire des exercices filmés avec le téléphone portable et des exercices sans caméra (à l’aide de logiciel permettant l’exploration de la terre et des villes en vues aériennes…). Cette nécessaire adaptation aux contraintes liées à la pandémie n’a pas altéré l’envie de chacun de s’impliquer dans le projet de l’Observatoire et, de façon indirecte, cette question de la crise sanitaire sera une composante du projet (réunions en visio, port du masque…) et documentera cette période si particulière qui impactera les pratiques professionnelles futures mais aussi, peut-être, les décisions politiques en matière d’urbanisme (envisager que le lieu de vie peut aussi être lieu de travail, le manque d’espaces verts, les répercussions financières d’une telle crise…). 

Le film collectif 

L’équipe de l’Observatoire s’est emparée petit à petit de l’outil documentaire afin de questionner le métier d’urbaniste et commence à réfléchir à son projet de film collectif. Des moments d’écriture sont ainsi couplés avec des moments de repérages filmés, avant d’aborder le tournage puis le montage. Plusieurs séquences ont ainsi déjà pu être tournées (balades urbaines, diagnostics en marchant, entretiens avec des élus, des urbanistes chargés d’études…). Pour le moment, l’envie de l’équipe est de questionner ce qui caractérise le plus finement le métier d’urbaniste et plus spécifiquement sur un territoire comme la Seine-Saint-Denis : quels sont les enjeux qui accompagnent la transformation des villes de ce territoire spécifique (l’héritage, le manque de moyens, le potentiel, la beauté de certains lieux, ses habitants…) ?

Séances

Mardi 29 septembre 2020 au Ciné 104, projection du film La ligne de partage des eaux de Dominique Marchais suivie d’une rencontre avec le réalisateur.

Rencontre avec Dominique Marchais autour de son film « La ligne de partage des eaux »

Le tournage

Le tournage s’est progressivement concentré sur plusieurs zones en cours de d’aménagement sur le territoire d’Est Ensemble : l’échangeur de la Porte de Bagnolet, le pont de Bondy, le canal de l’Ourcq à Pantin et le Parc des hauteurs. Plusieurs temps de tournages ont été effectués sur ces lieux, mettant en lumière le travail des urbanistes dans différentes situations, qu’ils soient seuls, en équipe ou aux côtés d’élus, d’habitants (réunions d’information, point sur l’avancement d’un projet, arpentage des lieux à pied, à vélo ou en voiture, passage de témoin suite au départ d’une urbaniste…). Des temps de dérushage ont suivi les temps de tournage, nécessaires pour poursuivre la réflexion sur la suite à donner à la réalisation du film. Un temps de visionnage collectif d’archives montrant la construction et les aménagements au XXème siècle, des différents espaces d’action d’Est Ensemble, ainsi que des réflexions d’urbanistes des années 1960 à 1980, a également nourri la réflexion. 
Dans l’optique d’appréhender le territoire de manière plus globale, les urbanistes ont filmé leur territoire depuis différents points de vue : sur le toit de Mozinor à Montreuil, en haut de la tour de Romainville puis au 29ème étage des tours Mercuriales à Bagnolet. Ces différents tournage ont permis de réaliser des prises de vues quasi aériennes du territoire, accompagnées de « lectures de paysage » des urbanistes révélant, par des mises en situation dialoguées, des visions passionnées et parfois contradictoires de la ville. 

Le tournage a pris fin mi-juillet avec les dernières prises de vue du Pont de Bondy et le long du Canal de l’Ourcq. 

Le montage

Le montage débutera en octobre, après une phase de dérushage collective cet été et en septembre.