×

PATRIMOINE

Tables rondes

Études et projections

Portraits

Bretagne et cinéma

Films et séances

La première table ronde des Voies singulières « A la gauche du père » est consacrée à l’itinéraire et aux engagements de femmes et d’hommes qui, d’abord dans le sein d’une église qu’ils souhaitaient en prise avec son époque, se sont mis durant toute leur vie, en Seine-Saint-Denis, au service de la classe ouvrière, de ses organisations ou des populations prolétaires.

Dans le cadre des 14èmes journées cinématographiques dionysiennes consacrées à l'Utopie, Périphérie participe à plusieurs rencontres. Un hommage collectif à Chris Marker sera rendu. Au menu : son rapport à l'utopie politique et au mouvement ouvrier.

Vendredi 14 février à 20h30
Cinéma l'Etoile
Allée du Progrès, La Courneuve
 

Pour cette 19ème séance de « Bretagne et cinéma », nous vous proposons le film Que la fête commence (1975) de Bertrand Tavernier.

En réalisant un des meilleurs films historiques des années 1970, Bertrand Tavernier a réussi à mêler une épopée bretonne - la pathétique révolte du Marquis de Poncallec (incarné par l'excellent Jean-Pierre Marielle) - et des considérations sur l'Histoire, la vie et la finitude. On est loin des interprétations frelatées de la Révolte des Bonnets rouges (qui eut lieu quelques décennies auparavant).

Pour sa 18ème soriée « Bretagne et cinéma », le Magic cinéma de Bobigny et l'association Périphérie organisent une séance exceptionnelle : la projection d'un film méconnu de Jean Grémillon, Pattes blanches (1949), en partie tourné à Erquy, dans les Côtes-d'Armor, avec Michel Bouquet dans un de ses premiers rôles.

Séance animé par Tangui Perron, chargé du Patrimoine à Périphérie.
En présence du comédien Michel Bouquet.
 

À bord du Claire-Jeanne

réalisation : Emmanuelle Pencalet
durée : 44'
Synopsis : 

Au large du désert

réalisation : Henri Fabiani
durée : 18'
Synopsis : 

La pêche à la langouste à bord du Rubis, immatriculé à Camaret, bateau breton navi- guant au large des côtes mauritaniennes. Le cinéaste, Henri Fabiani, membre du Groupe des trente, pointe déjà le déclin d’une certaine pêche, comme la raréfaction des ressources, tout en laissant une belle liberté créatrice à son opérateur, André Dumaître. Au large du désert se situe ainsi dans la belle lignée des films sur la pêche, tout en rompant avec les clichés d’un métier soi-disant immuable.

Goémons

réalisation : Yannick Bellon
durée : 23'
Synopsis : 

À travers la vie des habitants d’une ferme sur l’île de Béniguet, patrons et ouvriers agricoles, le film reconstitue la chaîne du travail de la récolte au brûlage puis au “piffronage” qui transforme les goémons en pain de soude d’où sera extrait l’iode revendu à bon prix.

Mercredi 27 novembre 2013 à partir de 9h30
Salle de conférences, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
18, avenue du Président Salvador Allende, 93000 Bobigny

Journée  d’étude élaborée à l’occasion des trente ans de Périphérie et des dix de la mission Patrimoine et cinéma. Cette journée reviendra sur les pistes esquissées lors des tables rondes « Histoire d’un film, mémoire d’une lutte » et des « Vies prolétaires»

Journée d’étude élaborée à l’occasion des trente ans de Périphérie et des dix de la mission Patrimoine et cinéma. Cette journée reviendra sur les pistes esquissées lors des tables rondes « Histoire d’un film, mémoire d’une lutte » et des « Vies prolétaires» et entendra montrer combien l’histoire sociale, l’histoire du cinéma (y compris les vidéos militantes) et l’histoire des représentations, pensées souvent de manières séparées, peuvent au contraire s’enrichir et se féconder.

Pages