L’outil cinéma

Lycée Polyvalent Les Pannevelles à Provins
2021-2022

Intervenants

Antoine Vaton (photographe et cinéaste), Marin Fouqué (écrivain)

Partenaires

avec le soutien de la DRAC dans le cadre de la "Résidence Territoriale et Artistique en Milieu Scolaire" et de la Région Île-de-France

L’outil cinéma : Résidence Territoriale artistique et culturelle en milieu scolaire

avec les élèves de la classe de CAP maintenance travaux publics et la classe de 2nde générale

L’émotion est au coeur du processus de création mais elle ne saurait suffire comme moyen d’appréhension du travail artistique. Samuel Fuller nous dit dans Pierrot le fou que « le cinéma en un mot c’est de l’émotion« . Dans le cadre d’ateliers avec des lycéens cette émotion peut être utile comme porte d’entrée mais elle ne saurait être suffisante. Il s’agit avec ce projet, d’apprendre à voir, d’apprendre à nommer ce qu’on voit et ce qu’on ressent.

Les différents intervenants proposent aux élèves d’interroger leur réalité et leur permettent de s’appuyer sur des mots et/ou des images pour en rendre compte. Réalité en tant qu’élève, réalité face aux machines, face aux outils, mais aussi réalité personnelle.
Un grand thème traverse le projet, essayer de définir la relation que chacun entretient avec la notion, le concept, le mot travail. Une relation que certains élèves expérimentent d’ores et déjà dans les gestes de leur futur métier. Une relation plus personnelle qui va les conduire à réfléchir et à se projeter dans leurs vies d’adulte.
Le cinéma comme l’écriture sont leurs outils d’observation et d’analyse. Pour cela une initiation au décryptage des images fixes et animées ainsi que la pratique de la prise de vue photo et de la prise de son est proposée dans un premier temps aux lycéens.

Trois photos d’Antoine Vaton
Journal #1 – Lycée Les Pannevelles à Provins
Journal #2 – Lycée Les Pannevelles à Provins
Journal #3 – Lycée Les Pannevelles à Provins
Journal #4 – Lycée Les Pannevelles à Provins
Photos prises par les élèves avec Antoine Vaton

Afin d’acquérir des connaissances et de les partager avec tous les intervenants, nous proposons aux lycéens et à leurs professeurs la découverte d’oeuvres du cinéma documentaire qui leur ressemblent. Ainsi le film Dix-sept ans de Didier Nion a été projeté, un documentaire de création, issu de la tradition dites du « cinéma direct » qui parle concrètement de la relation de jeunes gens au travail.

Il y a aussi une rencontre essentielle avec les mots au travers des ateliers d’écriture proposés par un jeune écrivain, Marin Fouqué. Son dernier ouvrage 77 dessine le portrait d’un élève en rupture qui échoue sous un abri-bus quelque part dans le sud du département.

Ces rencontres et ces ateliers avec des artistes et leurs oeuvres favorisent la capacité d’analyse des élèves sur leur propre réalité, sur ce qu’ils sont en train de vivre.
À mi-parcours, la matière visuelle, sonore et écrite, réalisée par les trois groupes d’élèves sera mise en commun pour constituer le point de départ d’un court-métrage à réaliser ensemble. Il va falloir comme le dit le cinéaste documentariste Nicolas Philibert « mettre en scène le hasard », ce qui nécessitera des repérages précis de la part des élèves.

Photo prise par les élèves avec Antoine Vaton